Genèse de l'arnaque

Arnaque à Luchon

Il s'agit d'un gars qui vend sa maison.

Ses voisins, très intéressés par le terrain lui font une proposition misérable. Le gars décline.
Oui mais le terrain est situé sur un emplacement exceptionnel et la copropriété voisine  seraient bien heureuse de l'acquérir. Alors, la maison étant en mauvais état et sachant que son propriétaire n'a pas les moyens de finir ses travaux, un de ces voisins avide balance le gars à la mairie bien évidemment en exagérant ce qui ne va pas.

Jusque là, on peut sourire. ;-)

La mairie mandate un agent municipal qui vient voir ce qui se passe et le gars l'invite à  visiter et l'informe de ses projets soit démolir la toiture de sa grange qui effectivement commence à poser problèmes ou vendre l'immeuble d'autant plus qu'il a un sérieux acheteur potentiel.

Cet acquéreur a pour projet une démolition/reconstruction qui arrange tout le monde et un dossier est donné à l'agent municipal avec tous les éléments qui prouvent que le gars s'occupe bien de cette affaire.

Acte II

Déjà, le voisin, lors de sa première visite, avait préparé le terrain en parlant de fissures qui s'agrandissaient, d'écroulement de mur porteur,  de danger concernant la toiture, de mesure de péril, d'expropriation et enfin de démolition par la mairie.

Un peu fin tout de même, le gars voit le mec venir, le laisse parler et l'assure que question écroulement nous n'en sommes pas encore là.

Le gus revient 15 jours plus tard avec encore des menaces et finalement crache le morceau en proposant de consulter sa copropriété sur l'opportunité de racheter la demeure et son terrain et finalement me fait une proposition écrite "pour l'achat de votre bien dans son intégralité".

...pour une somme dérisoire et je l'ai envoyé promener. :-)

La Mairie. Le retour

L'agent municipal refrappe un jour à ma porte et me dit que les adjoints au maire voudraient me rencontrer. "ils avaient une proposition à me faire" (sic). J'ai tout de suite cru que la mairie voulait acheter ma maison. ;-)

Rendez-vous est pris et voilà que débarque une équipe [municipale] que j'accueille avec amour et sympathie comme tous les gens qui viennent chez moi.

Là, nous avons ensemble répété ce que tout le monde savait déjà, que ma maison était en vente et plus ou moins vouée à la démolition, que j'avais deux candidats à l'achat dont un très sérieux (je leur avais déjà donné les noms), que j'avais fais faire des devis de démolition dont ils avaient les copies et, si je ne concrétisais pas ma vente avant l'hiver, mon intention était de démolir la grange par sécurité (toit fatigué) et ils avaient aussi copie des devis des artisans sollicités.

J'ai tout de suite compris que tout cela ne les intéressait pas (ils n'ont d'ailleurs pas à ma demande voulu visiter la maison) mais le patron de l'équipe [toujours municipale], m'assura avec une insistance « appuyée », que la mairie allait démolir l'immeuble en prenant une mesure d'arrêté de péril.

Comme je lui demandais comment il pouvait être si affirmatif, il me répond qu'il est entrepreneur du bâtiment, qu'il est sûr de lui et qu'il est certain que l'expert judiciaire mandaté par la mairie ordonnera de démolir.

Hem ! Je serais très curieux de lire le procès verbal de l'équipe technique de la commune qui donnerait à penser à cette conclusion.

Je ne lui ais pas demandé car à ce moment là, je ne savais pas que ça existait. En tout cas, personne n'est jamais venu chez moi pour vérifier l'état de mes murs ni celui de mon âme.

Puisqu'il n'a pas visité, comment peut-il être aussi affirmatif et il va falloir un jour qu'il explique ses déductions devant un juge si il le faut. :-//

De plus, ce Monsieur n'est pas "entrepreneur dans le bâtiment" comme il me l'a fait croire mais entrepreneur dans l'immobilier. Merci Google !.

Maintenant le plus drôle

Nous avons vu que la copropriété voisine intéressée par le terrain est à l'origine du signalement à la mairie qui raconte à peu près que ma maison va s'écrouler (je ne connais pas leur termes exacts), qu'ils ont fait une proposition écrite d'achat dérisoire et que je les ai envoyé paître.

Naïvement, J'attendais avec impatience les propositions des élus promises par l'agent municipal qui je pense n'a rien à voir dans l'affaire et la proposition est venue.

Avec insistance, pressions voire intimidation, le chef de la troupe m'a proposé de retourner voir mon voisin (en fait à sa copropriété) qui aime tant mon terrain qu'il s'arrange pour tenter de me faire déguerpir car il sait que je suis assez désargenté pour ne pas pouvoir financer de gros  travaux éventuellement exigés par l'expert judiciaire si il ne décide pas qu'elle est bonne à démolir.

Bien joué l'artiste. :-//

Les gens du quartier, déjà au courant de l'affaire disent que c'est un coup monté et il y a un homme d'affaire un peu connu dans le coin qui m'a dit que ce n'était pas très élégant.

Mais revenons à notre élu municipal qui me fait des pression pour que je vende à qui vous savez, insiste sur l'urgence de "vendre très vite", prétend avant même le rapport de l'expert judiciaire que ma maison va être démolie tout ça en ne tenant aucun compte de mes projets de sécurisation, des devis des artisans et le reste.

Elles sont jolies les "propositions" de la mairie de ma commune et le gars a été mandaté par qui pour dire et faire des choses pareilles en tout cas pas acceptables ! :-//

Certains dans le quartier au courant de l'affaire disent tout de go que "cela sent l'embrouille".

Cela nous amène directement à ...

Acte III

Où voit comment la mairie de la commune traite illico presto les affaires courantes même si elles mettent ses administrés sur la paille en les chassant de leur maison et les mettant à la rue avec l'argument de la sécurité publique qui tombera plus tard vous verrez.

A ce stade de ce récit, je précise que pour le moment, les textes sont anonymisés ce qui va changer très vite selon les conclusions de l'expert judiciaire qui ne va pas tarder à passer.

Si il raconte ce que je crois, je n'en dis pas plus pour l'instant, des plaintes vont être déposées contre la mairie de cette commune et la nouvelle équipe municipale expérimentera déjà son premier scandale.

Si je pers ma maison, ce qu'il y a dedans, mon pognon (c'est moi qui devrai payer les frais de toute cette aventure démolition présumée y compris), mes amis et ma vie, ils ne me restera plus grand chose à perdre. La médiatisation de cette affaire sera mon réconfort et voir tomber les malotrus qui font ce que vous avez déjà compris rassurera le petit peuple de la vallée de Luchon.

Nous disions donc "illico presto".

La proposition d'achat malhonnête a été faite le 08 juillet 2020, le "signalement" par son copain copropriétaire sans doute dans la foulée de mon refus, la première visite de l'agent municipal  il y à peu près trois semaine, la visite de l'équipe municipale le Vendredi 15 août et la lettre du maire m'avisant que "compte tenu de l'état de ce bâtiment il m'informe qu'il a décidé de mettre en oeuvre une procédure de péril imminent et qu'il nomme un expert qui etc, etc..." est arrivée aujourd'hui.

Jusque là, tout va bien. le maire fait son boulot mais pourquoi tant de précipitation alors que j'ai trouvé un acquéreur qui veut démolir/reconstruire et il le sait parce qu'il a lu mon dossier et que je suis résolu, si la vente ne se fait pas à éliminer ce qui cause problème avant l'hiver. Le toit de la grange par exemple entre-autres.

Non, Monsieur veut démolir à tout prix et c'est ce que dit on l'a vu plus haut son premier adjoint avec force et détermination devant trois témoins mais cela ne doit pas compter puisqu'ils sont tous les trois des agents municipaux élus ou pas.

Nous verrons si ces trois là confirment mes dires devant un juge ou si ils mentent.

Dans tous les cas, les membres de cette fine équipe, qui ont approuvé leur chef lors de notre rencontre (sauf l'agent municipal qui lui n'a rien dit), ne perdent rien pour attendre et leurs noms dévoilés en fera rire plus d'un dans notre commune. Déjà que ça commence à jaser... ;-)

Mais, me direz-vous, si le maire prend une telle décision, non motivée dans son courrier que cela soit dit au passage, c'est qu'il a des bonnes raisons.

Oh que oui il a de bonnes raisons. Dommage qu'il ne les liste pas dans sa missive parce que j'aurais pu vous dire lesquelles.

De deux choses l'une.

1/ Il ne connaît pas l'état de cette maison et à pris pour argent comptant ce que ses employés lui ont raconté
2/ Il est venu quand je n'étais pas là pour constater que la maison allait s'écrouler.

Cela doit bien être écrit quelque part non ? D'ailleurs, je vais le lui demander.

Parce que je vais vous dire une chose moi.

J'habite cette maison depuis dix ans et je sais parfaitement ce qui tombe et ce qui ne tombe pas. Me croyez-vous capable de vivre dans une ruine chancelante ?

Avec les tremblements de terre et autres violents orages que nous avons dans la vallée, croyez-moi que je tiens à ma peau et je ne resterais pas une minute dans une maison qui menace de s'écrouler.

Alors, le "péril imminent"... :-//

Le péril ordinaire peut-être. Il y a du boulot chez moi mais de là à dire que ça va s'écrouler et comme l'insiste l'élu chef au point qu'il va falloir me reloger, il y a en mon sens de la marge, je n'y crois pas une seconde mais l'expert le dira.

Du coup, si ce dernier décide péril imminent, il faudra aussi déménager ma voisine, les autres voisins sur le côté, l'avide propriétaire y compris car si le toit de ma grange tombe,  c'est lui qui le prendra sur la gueu*** et si c'est le mur qui s'effondre, c'est le propriétaire numéro deux (vous savez, celui qui m'a balancé) qui trinquera.

Donc, si ils m'expulsent moi, il faudra aussi expulser les autres et boucler le quartier. Lol !

Je suis d'ailleurs fort étonné que ce ne soit pas déjà fait depuis plus de trois semaines que ça traîne et que la municipalité avisée par un voisin malveillant n'ait pas sécurisé le quartier avec des barrières comme cela devrait être fait. Nous sommes bien peu protégés par nos édiles dans la vallée de Luchon.

Mais finalement, ils n'y croient peut-être pas vraiment à cette histoire de maison qui s'écroule.

Alors, l'urgence du premier adjoint et le péril imminent du maire ressemble plus à du bluff qu'à autre chose et ce petit monde aura bien du mal à expliquer tout ce bazar. C'est peut-être pour cela que le courrier du maire ne mentionne pas la motivation de sa démarche.

Alors, pourquoi tant de cinéma pour quelque chose de si simple.

Le comportement du chef adjoint m'avait déjà mis la puce à l'oreille (il n'avait pas le droit de dire ce qu'il a dit et c'est suspect) et on va bien rigoler quand nous recevrons le rapport de l'expert si il ne conclue pas à la démolition immédiate mais bref, revenons au choses qui m'intéressent.

il est dit que j'ai la possibilité d'éliminer le danger en question en démolissant ma grange et quand à la fissure dans un des murs, le délateur et l'adjoint en chef se sont bien gardé de dire au maire que je les avais informé qu'elle n'était pas évolutive vu que quand j'ai emménagé je l'ai bourré de ferraille, d'agrafes et de béton.

Bien sûr, le confortement ne se voit pas de l'extérieur et j'avoue que cela peut paraître impressionnant mais de l'intérieur, on constate parfaitement que ce n'est pas évolutif.

Pourquoi cacher ce fait au maire ?

Quand l'expert viendra, je lui prêterai un marteau et un burin et il constatera par lui-même.

Pour le reste, dans cette maison construite il est vrai il y a bien longtemps par un maçon du dimanche, le mur de façade est un peu biscornu mais lui aussi bourré de pierres, de béton et d'armatures armées bien visibles parce que ce n'est pas bien joli esthétiquement.

Ce qui est étrange, c'est que depuis des mois c'est le défilé chez moi d'entrepreneurs (charpentier, maçons, démolisseurs, architectes et autres postulants à l'achat) et que pas un n'a fait cette réflexion : Cette bâtisse va tomber.

Certains même ont établi des devis et travailler dans un immeuble qui s'écroule, on ne voit ça que dans les romans.

Depuis dix ans que je suis là, a première fois que j'ai entendu parler d'écroulement et de démolition, c'est par la bouche du voisin qui voulait l'acheter et, fait marrant, c'est la première fois que cela arrive, les gens de la mairie (la fine équipe) ont hésité à entrer chez moi à mon invitation de peur sans doute que le tout leur tombe sur la tête.

Jeudi 20 Août 2020

Ce qui me choque dans cette histoire, c'est que sur dénonciation de n'importe qui, mensongère où pas, le maire d'une ville où d'une petite bourgade peut utiliser son pouvoir de police pour initier une procédure de péril sans même avoir investigué pour savoir la réalité de la dénonciation.

Au frais de la victime si victime il y a pour qui il est impossible de faire valoir ses droits sans même qu'il soit informé par écrit de ce que l'on lui reproche

Maintenant, si mon maire me produit des documents relatant ses investigations, je modifierai le texte de ces pages et si il ne me le produit pas, je peux toujours les demander à la CADA. Pour le moment, je n'en ai pas besoin. Lol !

Cela me rappelle un fait qui c'est passé dans une ville du coin

Un riverain hargneux a dit à la police municipale que la bagnole d'un voisin était garée depuis longtemps au même endroit et les agents ont verbalisé l'automobile pour stationnement abusif sans même constater l'infraction (il y a une procédure très précise pour cela)

Le mec a payé 35 balles car cela lui aurait coûte plus cher de contester la prune d’autant plus que les municipaux l’ont envoyé balader quand il a été se plaindre et on refusé de lui montrer le PV d'infraction ce qui est illégal.

Ici, c’est pareil. Lle maire a peut-être vu une fissure et ramassé quelques ardoises dans le jardin du voisin mais n’a en aucun cas fait vérifier la structure du bâti par ses services techniques et, sans interviewer le propriétaire sur ses intentions,  il balance  un expert  au frais de ce dernier sans même lui en donner raison.

D’accord, ma maison n’est pas toute jeune et ledit expert va se régaler mais je ne conteste pas sa visite (qui m'arrangerait presque) mais la façon dont la mairie s’y prend et je suis particulièrement choqué par…

- Le fait que l’adjoint au maire ait parlé de démolition avant le passage de l’expert
- Le fait que ce même élu m’ait « incité » à accepter une offre d’achat qu’il savait misérable d'un bonhomme qui avec son copain est à l'origine du signalement. Nous frisons là le conflit d'intérêt
- Le fait qu’il ait refusé d’entendre mes projets (avec devis) pour faire cesser le risque
- Qu’il n’ait tenu aucun compte du fait que j’ai un acheteur sérieux qui propose de démolir pour reconstruire

C’est un peu comme si cela n’arrangeait pas les gens impliqués dans cette affaire que des solutions soient trouvées pour régler le problème et qu’on se dépêchait de mettre en péril ce qui aurait pour effet de chasser les éventuels acheteurs et bloquerait la vente.

Les textes rappellent que le maire doit évaluer les conséquences d’un arrêté de mise en péril tant pour les propriétaires que pour sa municipalité.

La procédure va coûter bonbon (en plus des stress et surmenage), la démolition par la mairie coûtera bien sûr une fortune et, ayant à faire à un administré contribuable impécunieux pour ne pas dire insolvable, la mairie va s’asseoir sur le remboursement des frais et le service des impôts de même.

La mairie ne devrait-elle pas au contraire faciliter ma vente puisque j’ai un acquéreur déclaré qui propose de démolir la maison pour reconstruire ?

Ben voyons, n’est-ce pas bien plus simple d’engager une procédure  avec les conséquences désastreuses qui vont avec ?
De plus, il faudra reloger le bonhomme pendant un an et, si nous savons que les municipalités ont des subventions pour cela pourquoi faire très simple alors qu’on peut compliquer ?

Une question commence à trotter dans mon cervelet de propriétaire bafoué.

Et si quelqu’un avait intérêt à ce que je ne puisse pas vendre pour retirer ensuite les marrons du feu ?

Mais dans ce cas, qui est-ce donc ?

- Un voisin avide prêt à faire déguerpir un homme dont il convoite le terrain ?
- Un ou des employés municipaux ayant des accointances dans l’immobilier et  adepte avéré des « copinages »
- Un mystérieux Monsieur X qui tire les ficelles dans l’ombre ?

Notez que je n’ai pas dit ça et que je n'accuse personne. Il y a trop de pistes à explorer.

Je cherche juste à comprendre pourquoi des gens, par service public interposés, font célérité pour mettre les bâtons dans les roues d’un pauvre diable qui n’a pas les moyens de réparer sa maison.

Nous avons déjà vu cela n’est-ce pas ? ;-)

Donc, je n’accuse personne mais un jour nous saurons le fin mot de l’histoire et, quand les gendarmes entreront dans la danse, municipalité, élus ou pas, il faudra bien répondre aux questions de la maréchaussée.

Du coup je comprends mieux maintenant pourquoi les agents immobilier de la vallée font mine de ne pas s’intéresser à mon terrain pourtant particulièrement bien placé et assez attrayant pour que la copropriété voisine s’y intéresse autant.

Celui qui l’aura fera une opération en or car, si c’est vrai que tant que ma maison n’est pas démolie cette parcelle ne vaut pas un clou, il en sera autrement quand le terrain sera libre. Deux étages, vous imaginez ?  :-)

Du coup, si la municipalité rase ma maison gratos, je pourrait y être gagnant.

it's a joke bien sûr. ;-)

Lire la suite...

 

"Au bal des menteurs ni les uns ni les autres ne vont avoir froid aux pieds." Lao Tsé Kung