Que faut-il en penser ?

Mairie de Luchon

A ce stade de notre affaire, vient la question de savoir que faut-il en penser ?

Dans son courrier de ce matin m'informant de la mise en péril imminent de ma maison pour quelques ardoises qui tombent dans le jardin du voisin, nous remarquons la formulation retenue.

" Il faut empêcher les tuiles de s'envoler" faisant référence au rapport de l'expert qui dit...

" Une partie de l'immeuble, plus particulièrement la couverture de le zone hangar est en très mauvais état et par vent soutenu des tuiles s'envolent, menaçant la sécurité des voisins."

Sauf que l'expert n'a pas constaté ce fait et que, si effectivement des ardoises de ce toit voué à la destruction comme en témoigne le dossier qu'à reçu en amont la mairie avec devis et tout ce qu'il faut "glissent" au fond du jardin du voisin qui, jusqu'à sa proposition d'achat refusée ne s'en préoccupait pas, il n'y a aucun témoignage du fait qu'elles "s'envoleraient". N'ayons pas peur des mots.

D'ailleurs, une vidéo authentifié tournée il y a à peine quelques jours prouve que ledit voisin n'a pas vraiment peur car il installe son transat au pied du mur "qui risque de s'écrouler" selon ses dires.

Bon, on ne va pas chipoter mais s’interroger sur l'intérêt soudain de la mairie de Bagnères de Luchon pour un immeuble en vente qui envoie des collaborateurs aux arguments parfaitement contestables chez un particulier pour lui annoncer que la municipalité va l'expulser, démolir sa maison et qu'il devrait la ventre "très vite" à un prix tout autant contestable à ses voisins pourtant auteurs d'un signalement mensonger non  vérifié par les services techniques de la ville.

Comme les collaborateurs en question sont des élus, dans le quartier, les mauvaises langues vont bon train. Il se raconte que...

- La mairie se rend complice d'un conflit d'intérêt
- La mairie pense surtout à la future restructuration du quartier
- Le propriétaire est tombé dans un piège. Qui se cache derrière cette histoire ?
- Autres commentaires

En tout cas, quand les gendarmes de la brigade de Luchon m'ont demandé "pourquoi font-ils cela ?", ne désirant pas me mouiller j'ai répondu : Je ne sais pas.

En tout cas, bien que la Mairie de Luchon ait été informée par mes soins de l’existence de ce site et de ce qu'il s'y raconte en plus des réseaux sociaux auxquels notre maire Eric Azémar est abonné, elle n'en fait aucun cas dans son dernier courrier et le mien en retour remet les choses à leurs place.

Monsieur Azémar, Maire de Bagnères de Luchon, même si il n'était pas [officiellement] au courant du fond de l'histoire, ne peut s'affranchir à partir d’aujourd’hui de sa responsabilité vu qu'il a reçu une missive explicative avec en prime l'URL de ce site.

Que va-il faire maintenant ?

La moindre des choses serait qu'il s’excuse publiquement au nom de sa Mairie pour le "désagrément" (je reste poli) subi par le propriétaire par faute de ses très  proches collaborateurs et faire acte de sa volonté de "régulariser" la situation pour éviter les conséquences humaines, juridiques  et financières à tout le monde en particulier aux contribuables luchonnais qui ne payent pas des impôts pour financer les erreurs de la municipalité et c'est là que nous allons mesurer l'orgueil d'un maire.

- Le nôtre a-t-il été floué par des particuliers ou collaborateurs indélicats ou savait-il vraiment ce qui se tramait dans cette histoire ?
- Quelle est sa capacité de réaction à part de tenter de démolir à tout va ?
- Notre conseil municipal a-t-il une conscience ?

Bien sûr, les municipaux mis en cause nous raconteront la fable de la sécurité des administrés mais au delà des bonnes intentions, que s'est-il passé exactement ?
Tous les jours, nous en apprenons davantage sur cette histoire.

Restons connecté. ;-)

A suivre...

"Au bal des menteurs ni les uns ni les autres ne vont avoir froid aux pieds." Lao Tsé Kung