Résumé de l'affaire

Comme par hasard, c’est au  moment où je suis en pleine négociation pour vendre pour démolition/reconstruction que la mairie, suite a une dénonciation d'une copropriété  voisine qui veut acheter ce  terrain à vil prix que la procédure s'est déclenchée dans les conditions que l'ont sait.

Bien sûr, le maire de la commune est dans son rôle de prévenir tout accident dans sa ville ou son village, mais, comme le veulent les textes, a-t-il mandaté les services compétents de sa commune pour vérifier les allégations d’un administré en plein conflit d’intérêt.

La réponse est non que je sache puisque aucun service technique n'est venu frapper à ma porte..

Un maire, avant toute décision même dans l’urgence présumée doit examiner les éventuelles conséquences de ladite décision et, dans le cas qui nous occupe, il avait en main un dossier prouvant  sans conteste que le propriétaire, conscient des problèmes inhérent à son immeuble était en train de les régler.

Pire, cette décision dans l’urgence qui reste encore à prouver interdit au propriétaire toutes démarches  d’autant plus que l’adjoint au maire le persuade que la mairie va démolir sa maison et qu’il doit se rapprocher de la copropriété qui lui a fait une offre indécente alors qu’il sait pertinemment que ces gens sont à l’origine du signalement.

Constat : L’adjoint au maire n’avait pas le droit de prétendre quoi que ce soit avant le passage d’un expert judiciaire habilité à donner un avis et surtout de favoriser un conflit d’intérêt qui se remarque pourtant et est gros comme une maison ce qui est le cas de le dire.

Le propriétaire a vécu cela comme une menace d’autant plus qu’elle fait fuir ses clients et lui interdit de poursuivre les travaux en cours pourtant mentionnés dans son dossier.

Ce que je conteste n’est pas l’initiation d’une procédure de possible mise en péril de ma demeure mais les menaces inappropriées de l’adjoint dans le contexte actuel alors que nous étions dans une phase active de résolution des problèmes identifiés ce que la mairie n’ignorait pas.

Outre sa légitime décision de faire en sorte que la sécurité des citoyens soit assurée, la mairie par l’entremise de son premier adjoint agit de manière à empêcher un administré de régler ses difficultés en créant une situation très lourde de conséquences pour cet homme ex-électeur qui risque de se retrouver à la rue.

Si l’expert ne concluait pas à un péril imminent extraordinaire visant à détruire cet immeuble dans l’urgence, la municipalité aurait commis une faute lourde vu le contexte délicat de cette affaire et il y aura bien évidement des recherches en responsabilités et une suite devant les tribunaux.

Ce que j’appelle désormais un scandale sera dénoncé sur la place publique ce qui motive la publication de ce site internet.

"Au bal des menteurs ni les uns ni les autres ne vont avoir froid aux pieds." Lao Tsé Kung